entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Selon un article du Figaro du 29 août 1905, le 13e arrondissement comptait alors 938 jardins privés.


La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1923

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements...

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La bande des deux moulins - 1894

La « bande des deux moulins »

Le Gaulois — 14 novembre 1894

Une véritable bataille s'est livrée, l'avant-dernière nuit, boulevard de la Gare, entre ouvriers et rôdeurs qui sortaient d'un bal-musette de l'avenue de Choisy.

Les rôdeurs mirent bientôt le couteau à la main, et le sang coulait déjà quand les agresseurs sortant des revolvers firent usage de leurs armes.

Une femme qui passait a dix mètres de là était blessée à la cuisse par une balle mais la police accourait et parvenait arrêter un des malfaiteurs, nommé Jean Bouhain.

Cet individu, qui est blessé, a déclaré faire partie d'une bande dite la « Bande des deux moulins » à laquelle étaient affiliés la plupart des agresseurs.

L'état d'un des ouvriers nommé Émile Bonnet est désespéré. Il a été frappé d'une balle à l'œil gauche et d'un coup de couteau au cou. Un ébéniste, Joseph Verdoneck, a été également atteint d'un coup de couteau au côté gauche.


 L'Escroc des Pauvres - 1903

L'Escroc des Pauvres

Le Petit-Parisien — 28 mai 1903

M. Dion, cordonnier, âgé de soixante-cinq ans, demeurant 5, rue des Cinq-Diamants, ne peut presque plus travailler à cause de sa mauvaise vue aussi avait-il sollicité son inscription au bureau de bienfaisance du treizième arrondissement.

Hier, un individu très correct, portant à la boutonnière le ruban de la médaille militaire, se présentait chez le vieillard au nom de la municipalité; il venait au sujet de la demande, affirma-t-il, un supplément d'enquête étant nécessaire, et il lui réclama certains papiers.

Pendant que M. Dion bouleversait tout chez lui pour trouver les pièces réclamées, le faux inspecteur s'emparait des économies du pauvre vieux, une somme de onze francs représentant le maigre gain de sa semaine.

Ce n'est qu'après son départ que le cordonnier a constaté le vol odieux dont il venait d'être victime. Il a été narrer sa mésaventure à M. Pélatan, commissaire de police, qui fait rechercher le malfaiteur. Celui-ci a déjà fait, de la même façon, de nombreuses dupes dans le treizième arrondissement.


Faits divers

 Tentative d’assassinat - 1903

Tentative d’assassinat

Le Petit Parisien — 7 septembre 1903

Agression contre un jeune Espagnol. — Frappé de quinze coups de couteau. — L’émoi d’une Marchande de vin. — La Victime est en danger de mort.

Il est certains quartiers excentriques de Paris où il est dangereux de s'aventurer passé minuit. Les rôdeurs et malfaiteurs de toute espèce s'y conduisent comme en pays conquis ils dévalisent sans vergogne le passant attardé et, si celui-ci leur oppose la moindre insistance, ils ont vite fait de lui imposer silence en le frappant avec leurs armes.

C’est ainsi que la nuit dernière un jeune Espagnol a été la victime de trois bandits qui, après l'avoir lardé de quinze coups de couteau, lui ont dérobé son portefeuille contenant une somme importante.

Voici des détails .sur cette sanglante affaire, qu'entoure encore un certain mystère.

Apparition tragique

À minuit et demi, tranquillement assise devant son comptoir, Mme Luce, qui tient un débit de vin à l'angle du boulevard d'Italie et de la rue du Moulin-des-Prés, attendait l'heure de fermer son établissement. Aucun client ne se trouvait dans le débit et la marchande de vin somnolait légèrement, lorsque la porte s'ouvrit brusquement. Une apparition tragique la fit sursauter : un jeune homme, assez élégamment vêtu, le visage et les mains couverts de sang, faisant entendre de sourde plaintes, venait de se précipiter dans la boutique et il avait refermé la porte derrière lui comme si ses agresseurs le poursuivaient encore.

Soudain, il s'affaissa sur une chaise et, montrant une carafe pleine d'eau, il prononça quelques paroles en langue étrangère.

Douloureusement émue à la vue du blessé, Mme Luce M posa quelques questions. Le mystérieux inconnu ne connaissant pas le français sans doute, ne répondit que par des gémissements. La débitante, impuissante à soulager le malheureux, s'empressa d'aller chercher des agents.

Les gardiens de la paix transportèrent le jeune homme à l'hôpital Cochin, où il fut admis d'urgence dans la salle Boyer. Les médecins lui prodiguèrent aussitôt des soins et constatèrent qu'il n'avait pas reçu moins des quinze coups de couteau cinq dans la poitrine, deux au bas-ventre, deux aux cuisses, les autres aux bras et aux mains, notamment à la main droite qui était pour ainsi dire hachée.

L'opération de la laparotomie fut pratiquée sans retard par les médecins, mais on a peu d'espoir de sauver l'infortuné, les blessures qu'il il reçues à la poitrine étant, parait-il, mortelles.

L'enquête

M. Pélatan, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, accompagné de son: secrétaire M. Bouyssou, informé de cette tentative de meurtre, se rendit à l'hôpital Cochin pour interroger la victime.

Il trouva l'inconnu dans un tel état de prostration qu'il ne put lui poser aucune question.

Hier matin, cependant, le blessé put prononcer quelques paroles. Il fit connaître en espagnol qu'il se nommait Juan Esposito, âgé de vingt-sept ans, originaire de Saint-Sébastien et qu’il exerçait la profession de valet de chambre.

Il venait de Biarritz et avait débarqué la veille au soir à la gare d'Austerlitz par le train de neuf Heures. Au moment où il allait prendre une voiture pour se faire conduire dans un hôtel du Centre de Paris, il fut accosté par trois individus, dont l'un partait couramment sa langue et qui s'offrirent à lui pour le guider dans la capitale.

Enchanté de se trouver en compagnie de gens qui, certainement, l'aideraient à se débrouiller dans la grande ville, Juan Esposito les suivit partout où ceux-ci voulurent bien le mener. Après diverses stations dans les bars avoisinant les boulevards de l'Hôpital et Saint-Marcel, ils arrivèrent enfin, vers minuit; à la place d'Italie.

Entre temps, le valet de chambre leur avait confié qu'il désirait trouver une place à Paris et qu’il avait emporté avec lui une somme de 2.000 francs, lui permettant de subsister- jusqu'au jour; où, il pourrait vivre de son travail.

Les billets bleuis sont là, avait-il dit, en frappant sur une valise qu'il tenait il la main.

Ses trois compagnons enchantés de l'aubaine qui s'offrait à eux, essayèrent de pratiquer sur lui le vol à l'américaine. Ils voulurent l'envoyer chercher des cigares dans un bureau de tabac voisin, tout en lui promettant de garder sa valise, mais à, ce moment, Esposito, pris de défiance, refusa d'accéder à leur désir.

Voyait alors qu’ils ne pourraient arriver à leurs fins sans se débarrasser du valet de chambre les bandits se précipitèrent sur lui et le frappèrent avec une brutalité inouïe, jusqu'au moment où, ne donnant plus signe de vie, il s'affaissa, tout sanglant, sur la chaussée. Ils s’emparèrent ensuite de la valise et s'enfuirent aussitôt.

L'enquête en est là. Juan Eposito n'a pu donner d'autres renseignements à la police. Il lui est impossible de se rappeler comment ses agresseurs étaient mis et l’âge qu'ils pouvaient avoir. L'attentat dont il a été victime l'a d'ailleurs privé en partie de la mémoire.

On a trouvé sur lui une lettre de recommandation émanant du consulat d'Espagne.

Les Recherches

Cinq agents de la sûreté ont été aussitôt mis à la disposition de M. Pélatan, commissaire de police, pour trouver les criminels.

Des recherches ont été entreprises dans les établissements suspects fréquentés par les « Apaches » du treizième arrondissement et il est à souhaiter que ceux qui ont perpétré ce crime soient bientôt arrêtés. Ils ont laissé à leur victime une montre en or et une bourse; vide, d'ailleurs, de tout argent.

A l'heure actuelle, avec les éléments d'enquête que l'on possède, on est persuadé à la sûreté que ce sont bien des voleurs cosmopolites, dont la spécialité consiste à dépouiller les étrangers, qui ont accompli ce forfait.

Chez Mme Luce

Hier matin, nous avons vu Mme Luce. Elle était derrière son comptoir et racontait à quelques voisins la scène dramatique qui s'était déroulée la veille dans son établissement.

— Ah monsieur, nous dit-elle, je verrai toute ma vie ce jeune homme entrer comme un fou ici et indiquant avec sa main inondée de sang qu'il voulait boire un peu d'eau ! J'étais affolée à l'idée que je ne pouvais rien faire pour atténuer ses souffrances. Il s'exprimait d'ailleurs en une langue que je ne comprenais pas.

Quand je suis allé quérir reg agents, je n'ai aperçu personne aux abords de mon débit. J'ignore donc où le malheureux garçon a été frappé.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire

Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire

Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Encore un crime dans le 13ème - 1896

M. Combes, ancien conseiller municipal, dirige une institution de jeunes gens, rue Croulebarbe.

Lire


Mystérieuse affaire - 1887

Lire


La veillée tragique - 1915

Les gardiens de la paix Savineau et Grassi étaient de service hier matin vers cinq heures, rue de Tolbiac, lorsqu'ils virent apparaître, échevelé et les yeux hagards, l'ouvrier cordonnier Hippolyte Delmas

Lire


Le mystère de l'avenue d'Italie - 1899

Un crime dont les mobiles restent encore mystérieux a été commis hier soir, à six heures et demie, au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique habitée par un brocanteur, âgé de soixante-trois ans, nommé Estault.

Lire


Cette jeune femme s'est-elle donné la mort ? - 1925

Les époux Sallandre, demeurant 36, rue des Moulinets, quartier de la Maison-Blanche, ne s'entendaient guère.

Lire


Agression contre un encaisseur - 1912

Un jeune homme de dix-huit ans, M. Louis Hédoux, encaisseur, demeurant rue de la Colonie, passait avant-hier soir avenue d'Italie...

Lire


Sur les bords de la Bièvre - 1874

Il y a entre la place d'Italie et le parc de Montsouris, tout un quartier inconnu plus étranger aux Parisiens, que la Sibérie ou la Chine. Les rues y sont irrégulières, montueuses, peu ou mal pavées, absolument privées de gaz. À peine, la nuit, de distance en distance, la lueur fumeuse d'un antique réverbère, perce-t-elle le brouillard de la Bièvre, qui y roule sinueusement ses eaux puantes et noires.

Lire


L'amoureux a la « guigne » - 1911


Les «Étrangleurs de Croulebarbe» - 1902


Thomas père perd patience - 1913


Une arrestation mouvementée - 1911


Une rafle fructueuse - 1895


Les étrangleurs des Gobelins - 1894


Singuliers dévaliseurs d'Église - 1895


Les étrangleurs des Gobelins - Trois arrestations - 25 & 26 janvier 1895


Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin - 29 décembre 1894


Boulevard Kellermann - un livreur est tué et dévalisé par deux rôdeurs - 1934


Mutilé par son amie - 1914


Un Agent parachute - 1894


Inondation boulevard Kellermann - 1901


Une femme tue son amant - 1911


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte